Brixton 1981

Londres, quartier de Brixton en 1981. Une banlieue défavorisée : un tiers de logements insalubres, deux tiers de la population issue des colonies, un taux de chômage record, une absence d’équipements sociaux et bien sûr une délinquance florissante.

Margareth Thatcher, alors premier ministre, mène une politique de réduction sauvage des aides sociales. Devant l’augmentation de la misère, la « Dame de Fer » fait le choix de transformer ce problème social en problème ethnique. Elle multiplie les provocations verbales et met en place une politique ultra sécuritaire.

Avec l’opération policière « Swamp », le climat s’alourdit, les fouilles et les arrestations discriminantes se multiplient. Le vendredi 11 avril, suite à une interpellation controversée, de premiers affrontements, entre les habitants du quartier et les autorités ont lieu. La police opte pour une réponse musclée en occupant le quartier de Brixton. Le samedi 12, c’est l’explosion avec les émeutes les plus violentes que l’Angleterre ait connu depuis 1945.

Après de véritables scènes de guérilla urbaine, les forces de l’ordre reprennent le quartier en main. Les politiques reviennent à la charge en travestissant les faits pour évoquer un complot anarchiste ou encore des « race riots » (émeutes ethniques).

La réalité est qu’à Brixton ce sont les classes populaires, quelles que soient leurs origines qui se sont révoltées face à l’injustice et les provocations policières. Dans les semaines qui suivirent, les banlieues s’enflammèrent dans toute la Grande-Bretagne. Le public alors choqué par les images demanda des éclaircissements.

Le rapport « Scarman » mettra en évidence les conséquences désastreuses d’une utilisation disproportionnée et discriminatoire des forces de police. Aujourd’hui, le conseil municipal de Lambeth mène une politique de rénovation des biens immobiliers les plus anciens du quartier dans l’unique objectif de les transformer en logements haut de gamme afin d’en expulser les habitants aux revenus modestes et les vendre aux ménages aisés….

Retour à la collection